Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En cliquant sur “Je comprends“, vous acceptez notre utilisation des cookies.

Le Rire

 Journal Le Rire

Créé en 1894, en pleine affaire Dreyfus, Le Rire peut s’enorgueillir de compter parmi ses premiers collaborateurs Toulouse-Lautrec, Forain, Caran d’Ache. Il lance des dessinateurs satiriques comme Roubille, Grandjouan et d’autres, plus « parisiens », qui lui donnent une certaine réputation de grivoiserie (Abel Faivre, Ferdinand Bac). La critique politique n’est pas absente du journal mais s’accorde volontiers au sentiment de la majorité : antisémite lors de l’affaire Dreyfus, anti-allemand comme tous ses confrères, anti-Anglais pour soutenir les projets africains et européens de la France.

Kladderadatsch

Journal Kladderadatsch

La revue parait pour la première fois le 7 mai 1848 à Berlin. Fondée par Albert Hofmann et David Kalisch, elle commence très vite à publier les dessins de Wilhelm Scholz, qui sera le principal contributeur de la revue pendant plus de quarante ans. La revue critique dans un premier temps le gouvernement allemand et se montre favorable à une réforme modérée. Kladderadatsch est extrêmement populaire chez la classe moyenne allemande. Elle perd progressivement son statut de revue d’opposition et commence à refléter les vues conservatrices de ses lecteurs prospères. Après la Première Guerre mondiale, les ventes chutent. Elle apporte son soutien au régime nazi et disparaît en 1944.

Le Charivari

Journal Le Charivari

Fondé à Paris par Charles Philipon le 1er décembre 1832, et particulièrement dirigé contre Louis-Philippe, Le Charivari publie des caricatures de Cham, Daumier, Gavarni, Grandville ou Philipon lui-même. En septembre 1835, des lois prises contre la liberté de la presse l’obligent à abandonner la caricature politique pour la satire sociale, au moins jusqu’en 1848, puis à nouveau en 1851 sous Napoléon III. Daumier collabore au journal depuis l’origine jusqu’en 1874. Le journal disparaît, quant à lui, en 1893.

La Caricature

Journal La Caricature

Fondée par Charles Philipon le 4 novembre 1830, La Caricature tient un rôle important dans la lutte des libéraux contre Louis-Philippe et ses ministres. La revue répandit l’image irrévérencieuse du roi sous l’apparence d’une poire et c’est dans ses feuilles que Daumier dessina avec férocité les traits des politiciens de son temps. Après une dizaine de procès et quatre condamnations, qui ne firent qu’augmenter sa popularité, La Caricature disparut en 1835 sous l’effet des lois contre la presse.

Le Canard enchaîné

Journal Le Canrad enchaîné

Le Canard enchaîné a été créé en 1916 par Maurice et Jeanne Maréchal. Fondé en même temps que Le Crapouillot, se voulant néanmoins à l’origine plus « prolétaire », le journal est incisif dans ses articles. Il fait aussi l’actualité en révélant des « affaires » dont il est l’un des premiers, sinon le premier, à faire état.

Copyright ©2020-2021 Les Amis de Daumier | Tous droits réservés | Mentions légales | Réalisation inPhobulle